News

Haïti-manifestation : Une journée de mobilisation versus chocolat

[ad_1]

  1. Depuis plusieurs jours, le pays est en mode mobilisation, toujours dans l’objectif de demander au président défacto Jovenel MOÏSE de laisser le pouvoir puisque son mandat a pris fin selon l’opposition.

C’est dans ce même épisode que plusieurs organisations de la société civile soutenue par les parties de l’opposition politique, ont foulé encore une fois ce dimanche 14 février 2021 les rues de la région métropolitaine, afin de dire non à la dictature symbolisée par monsieur MOÏSE depuis la fin de son mandat.

10h50 minutes, le décor est Bel et bien planté, pancarte en main avec des slogans comme (Jovenel diktatè) ou (Jovenel se kriminel).

Les différentes structures politiques et les organisations de la société civile réunies sur la place de la constitution, avec la présence de plusieurs personnalités politiques ou de la presse comme ; Jean Monard METELLUS, Liliane PIERRE PAUL, le professeur Josué MERILIEN, Me Arnel REMY, Me Jacques Ceus JOSEPH, des anciens parlementaires comme Steven Irvenson BENOÎT, Youri LATORTUE, Jean Charles MOÏSE, Antonio CHERAMY, et Nenel CASSY, pour ne citer que ceux-là, ont prit part à cette mobilisation en vue de dénoncer la présence de l’ex patron d’agritrans à la tête du palais national.

Parallèlement, dans le nord-ouest précisément à port-de-paix, les festivités carnavalesques ont débutés avec la présence de plusieurs dizaines de carnavaliers et carnavalière dont le président Jovenel MOÏSE. Quel Paradoxe.

La manifestation était pacifique malgré quelque dégât matériel et perte en vie humaine enregistrée.

Bilan une voiture à été incendié à petion-ville, un policier à été blessé au visage à Delmas 57 par des jets de pierres, un motocycliste tué et brûlé à Delmas 95 par des hommes armés et encagoulés, puis à quelques mètres du parc saint-Therese, plusieurs personnes sont victimes dont des journalistes Fegens Canez PAUL de la radio capitale Fm, Jephté BAZIL, et Stanley JACCIS ont reçu plusieurs balles en caoutchouc au dos, au visage et au bras des agents de la PNH.

Il faut mentionner qu’il y avait des altercations entre militant et les agents de la Police qui ont fait usage de gaz l’lacrymogène comme d’habitude et de balle en caoutchouc, les policiers ont également tiré en l’air à projectiles réels à juvénat à l’entrée de l’hôtel Karibe sur la route du canapé-vert.

À souligner des milliers de personnes ont prit part à cette journée de mobilisation pour dénoncer la dictature dans le pays et donne un autre rendez-vous pour le lundi 15 février 2021.

Pour Ovomag Stéphane EUSTACHE.

[ad_2]

Source link

Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :